Par mois Par genre

Février

Richard III

Cie des Dramaticules

Lorsque Shakespeare écrit Richard III, il a vingt huit ans (on date sa rédaction autour de 1592). Il n’a pas encore écrit Roméo et Juliette, Hamlet, Othello, Le Roi Lear, ni aucune autre des pièces qui feront sa gloire. On perçoit encore dans Richard III l’influence de ses maîtres, Marlowe et Sénèque, mais pour la première fois dans son oeuvre, son style domine de bout en bout. C’est la naissance d’un auteur « monstre ». Richard III est la dernière pièce historique d'un ensemble qui forme, avec les trois parties d'Henry VI, une tétralogie. Shakespeare y fait le portrait de Richard, Duc de Gloucester, laid, difforme et boiteux, qui va ravir le pouvoir à ses frères et à leur descendance en les conduisant à la mort.

La pièce pose une question assez simple : comment, dans « un monde corrompu où tout va pour le pire », un homme « différent » s’élève, par l’éloquence et l’intensité de son verbe.

Tous mes spectacles témoignent d’une mise en crise de la parole, dans une société où la parole est corrompue. Richard III s’inscrit dans un parcours de troupe qui a démarré fin 2002 avec la création de la Compagnie des Dramaticules. La fidélité des acteurs qui m’accompagnent m’a permis de créer avec eux une « grammaire de jeu », musicale et chorégraphique, qui est le socle de mon travail de metteur en scène. Richard III, tragédie de la mystification, est un terrain de jeu exaltant pour mes expérimentations langagières, mon goût du séquençage et ma "fascination/exécration" pour les monstres de pouvoir.

Jérémie Le Louët

Evénements liés

Projection de Looking for Richard

d'Al Pacino

Distribution

De William Shakespeare
Adaptation & mise en scène Jérémie Le Louët
Scénographie Blandine Vieillot
Costumes Mina Ly
Lumière Thomas Chrétien
Son Simon Denis
Régie Simon Denis

Avec Julien Buchy, Anthony Courret, Jonathan Frajenberg, Noémie Guedj, Jérémie Le Louët, David Maison, Dominique Massat, Stéphane Mercoyrol

Crédits photo Florencia Cano-Lanza et Jean-Louis Fernandez

La compagnie des Dramaticules

Créée en 2002, la Compagnie des Dramaticules a présenté tous ses spectacles à l’Ecam. Elle est aujourd’hui en résidence au Théâtre de Rungis et sur la communauté d’agglomération Seine Essonne.

"Codes de jeu stéréotypés, palette vocale restreinte, postures et impostures « radicales », composition de personnage, respect de la syntaxe, complaisance, faux lyrisme, désincarnation, bavardage, décontractisme, psychologisme, sensiblerie... Tous ces écueils, parfois contradictoires, relèvent pourtant d’un même consensus quasi unanimement adopté sur nos scènes : l’acteur, aujourd’hui, essaie de parler comme dans la vie, ou « comme au théâtre », ou comme un présentateur T.V ou… comme un doubleur de dessin animé… jouant le sens - ou le contre-sens - et expliquant son texte – ou son « sous texte »…

Depuis Antonin Artaud et son « athlétisme affectif », depuis Carmelo Bene et sa machine actorielle, je ne connais personne ayant « travaillé l'acteur » comme potentialité musicale, sonnante et dissonante, vibrante et détachée.

En octobre 2002, j'ai réuni un groupe de comédiens de ma génération avec lequel est née la Compagnie des Dramaticules. Dès lors, j’ai souhaité interroger les notions d’interprétation et de représentation en portant un regard critique sur le jeu. Mon projet de troupe est un projet de jeu. Chaque spectacle pourrait être une sorte de redéfinition de ce qu'est pour moi l'Acteur : maitrise technique, précision maniaque des respirations, des gestes, des tempos, des dynamiques, des phrasés. Il y a toujours une distance critique sarcastique, moqueuse vis-à-vis du théâtre, un mélange de désinvolture et de ferveur totale, de blague et de rage. J’aime cette ambiguïté. Le questionnement métaphysique, sacré et politique traverse tous mes spectacles. L'Homme broyé par le système est mon héros favori. "

Jérémie Le Louët

Lire la suite

Avis de la presse

"Dans le rôle du tyran démoniaque, Jérémie Le Louët offre une prestation remarquable. Le reste de la distribution l’est tout autant."
Le Pariscope

"Jérémie Le Louët règne en funambule sur ce chaos destructeur. Une mise en scène baroque, originale, procédant de contrastes et de fulgurances."
Le Littéraire.com

"Metteur en scène créatif, mais aussi comédien talentueux, c’est Jérémie Le Louët lui-même qui incarne Richard de Gloucester. [...] le rôle de Richard lui sied à merveille. Teint blafard, coupe au bol, yeux cernés, démarche boiteuse : un Richard III plus vrai que nature qui cloue le spectateur à son siège. Ni bosse ni artifice, et pourtant un charisme qui envahit la scène. Les mots de Jérémie Le Louët mordent, ourlés d’une ironie incisive. Le spectateur rit des plus grands malheurs de l’homme : là est la force de ce spectacle."
Les Trois Coups

Lire la suite

Eléments à télécharger

Liens

Mentions diverses

Production La Compagnie des Dramaticules
Coréalisation Théâtre 13 Seine
Coproduction Théâtre de Corbeil-Essonnes, Théâtre André Malraux de Chevilly-Larue, l’Arc-En-Ciel Théâtre de Rungis, la Scène Watteau à Nogent-sur-Marne
Avec le soutien du Théâtre de Châtillon
Avec l’aide à la création du Conseil régional d'Ile-de-France, du Conseil général du Val-de-Marne et de la Communauté d'Agglomération Seine Essonne

Théâtre

Jeu|28|Fev 20h00

Tarif B

Durée 2h15
Rencontre
avec l'équipe artistique à l'issue de la représentation

RÉSERVATION
/2012/contents/medias/Photos%20Spectacles/Richard%20III/Visuel%20Richard%20III%20%28c%29%20Florencia%20Cano-Lanza_fiche.jpg
/2012/contents/medias/Photos%20Spectacles/Richard%20III/RichardIII-%AEJeanLouisFernandez124_fiche.jpg
/2012/contents/medias/Photos%20Spectacles/Richard%20III/RichardIII-%AEJeanLouisFernandez136_fiche.jpg