Par mois Par genre

Février

Black Angels

Quatuor Béla

PROGRAMME
John Oswald Spectre pour quatuor et bande
György Ligeti
quatuor n°2 (3e, 4e, 5e mouvements)
George Crumb
Black Angels pour quatuor à cordes électrifié
Mats Edén quatuor n°1 (3e mouvement)
Erkki-Sven Tuur quatuor n°1 (1er mouvement)
Benjamin Britten quatuor n°1 (1er mouvement)

Conçu comme une parabole sur notre monde contemporain agité, Black Angels raconte un voyage de l’âme. Autour de cette oeuvre, pièce centrale de la soirée, le quatuor Béla a tissé un concert qui suit pas à pas ce parcours initiatique de l’ombre vers la lumière, et pour cela, convoque les grands compositeurs contemporains : John Oswald, György Ligeti, Mats
Edén, Erkki-Sven Tuur et Benjamin Britten.

George Crumb a écrit Black Angels en pleine guerre du Vietnam. De cette réalité découle l’essence d’une oeuvre infiniment riche. Celle-ci rassemble tout un arsenal de sons – cris, chants, sifflements, murmures – et regorge de symbolismes musicaux. Dans un monde sans dessus dessous, Crumb n’hésite pas à détourner l’expression la plus pure de la tradition occidentale, le quatuor ; les modes de jeux sont inversés, les instruments renversés, la musique amplifiée.

Evénements liés

Retour sur le Coissard Balbutant

Quatuor Béla

Bach-Hus

Quatuor Béla

Concert commenté

Quatuor Béla

Distribution

Violons Julien Dieudegard et Frédéric Aurier Alto Julian Boutin
Violoncelle Luc Dedreuil Son Émile Martin Lumière Hervé Frichet

Avis de la presse

« Le présent concert était centré autour de Black Angels, quatuor à cordes inspiré à l’Américain Georges Crumb en 1970 par l’horreur de la guerre du Viet-Nam. La partition est composée à l’origine pour quatuor à cordes amplifié mais elle est rarement (en tout cas, pas ce soir) interprétée ainsi ; elle requiert par ailleurs un ensemble d’actions (bruits de bouche, paroles) de la part d’instrumentistes qui, outre leur instrument à cordes, sont par moment appelés à jouer de divers autres instruments (gong, verres de cristal, etc.). Tout cela occasionne une scénographie et des déplacements qui ne rompent jamais la formidable puissance qui émane de l’œuvre, mais en renforcent au contraire le pouvoir de sidération. (…) Un recueillement et un saisissement décuplés, aussi, par le soin apporté à la confection du programme : histoire d’immerger au mieux l’auditeur dans cette partition difficile, le Quatuor Béla a choisi d’encadrer celle-ci de mouvements de quatuors à cordes de John Oswald (un gigantesque drone) et György Ligeti (trois mouvements du Quatuor n.2) d’une part, du suédois Mats Eden, de l’estonien Erkki-Sven Tüür et du britannique Benjamin Britten de l’autre. L’œuvre de Crumb se trouve ainsi idéalement mise en perspective, par la grâce d’une aussi large variété d’esthétique, et le spectateur, parfaitement mis en condition, ces pièces contrastées favorisant d’autant mieux l’immersion que la totalité du programme est jouée sans interruption – sans ces saluts ritualisés et applaudissements systématiques qui, certaines fois, rompent un peu la magie du concert. L’ensemble se déroule devant un public dont la concentration était à la mesure de l’enthousiasme qu’il manifesta à la fin. »
Mouvement.net - David Sanson

 

Lire la suite

Liens

Mentions diverses

Soutien SACEM
La résidence à l’Ecam est soutenue par l’ONDA.

Musique

Ven.11.Fev 20h30

Tarif : Catégorie B

RÉSERVATION
/2010/contents/medias/Photos%20Spectacles/Black%20angels/Black%20Angels%201_fiche.jpg